Dieu et le football (Miracle 2)Comme tu le sais, dans le monde du sport, le « football » occupe une première place incontestable.

Dans plusieurs pays ce sport est grandement associé au monde des fétiches, des croyances occultes, pour que le ballon roule de notre BORD.

Dans ma jeunesse, lorsque j’étais missionnaire laïc à Brazzaville-Congo, j’ai déjà été mentor et président d’une équipe de foot constituée de jeunes hommes qui participaient à la catéchèse paroissiale de préparation des sacrements auprès des enfants.

Le nom de notre équipe: ‘Baptême 2’.

Un jour, nous nous sommes retrouvés en FINALE de la Coupe de Brazzaville (amateurs). OHHHHH!

Il y eu un affrontement GRAVE entre sorcellerie COUTUMIÈRE et prière CHRÉTIENNE avant le match.

Qui a gagné LA VICTOIRE SPIRITUELLE et sur le terrain?

Regarder ma vidéo sur YouTube pour en savoir le déroulement très très spéciale. Je te recommande de la regarder jusqu’à la dernière minute. Hiiiiiiiiii!

Visionner la vidéo sur YouTube

Évangile du jour

Je t’invite à approfondir avec Bernard Vidal l’évangile du jour que tu trouveras en Matthieu 6, 7-15.

Prière parfaite

Dieu et le football (Miracle 2)Quand Dieu, en la personne du Fils, inspiré par Dieu, en la personne du Saint-Esprit, s’adresse à Dieu, en la personne du Père, il ne peut en résulter qu’une prière parfaite.

Après avoir enseigné le Notre Père à ses apôtres, Jésus ne revient que sur une seule des propositions que renferme l’Oraison dominicale : « Pardonne-nous nos offenses, le mal que nous avons commis, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés, fait du mal. »

Le pardon remet en mouvement, entraine, provoque la recirculation de la vie, bloquée momentanément par la rancune, ce « moment » pouvant s’étirer sur bien des années.

Une digue empêche l’eau de s’écouler librement; celle-ci tend alors à perdre sa fraicheur, à stagner, à se corrompre.

Mais dès qu’on y enfonce la pioche, l’eau reprend le mouvement par lequel elle retrouve sa fraicheur et se purifie.

Une forme quelconque d’orgueil sous-tend invariablement la difficulté que nous éprouvons à pardonner. Elle n’est pas toujours facile à identifier.

Éprouver de la difficulté à pardonner constitue un drame face auquel nous pouvons toujours compter sur les secours du ciel.

Mais les choses s’enveniment d’elles-mêmes quand, négligeant cette aide qui nous est éternellement proposée, la difficulté se transforme en refus.

Rien n’immobilise autant la vie que le refus de pardonner. Notre état s’apparente alors à celui de ces nombreux paralytiques que Jésus a dû remettre en mouvement : « Lève-toi, prend ton grabat et marche » (Jean 5, 8).

Dans sa sagesse infinie, Dieu fait correspondre le pardon qu’il nous accorde à celui que nous accordons aux autres, témoignant en cela de l’infini respect qu’il confère à notre liberté (libre arbitre).

Faire de la place pour la vie

Dans le livre d’Ézékiel, le prophète décrit en détail la construction des annexes du temple : « À chaque étage, la surface augmentait au détriment de l’épaisseur du mur; au fur et à mesure qu’on montait il y avait plus de place à l’intérieur » (Ézékiel 41, 7).

Deux indications importantes se dégagent de cette image illustrant notre vie spirituelle : MOINS les murs de protection dont nous entourons notre vie sont épais, plus s’accroit cet espace intérieur que Paul appelle « la glorieuse liberté des enfants de Dieu » (Romains 8, 21).

Plus nous nous élevons spirituellement, en nous abandonnant davantage à la volonté de Dieu à notre endroit, plus l’espace de vie qui nous est alloué pour grandir et nous épanouir augmente.

Les murs dont il est question dans la vision d’Ézékiel symbolisent notre rigidité face à la vie, base de nos refus de pardonner.

À Nicodème, Jésus parle de « renaître d’eau et de l’Esprit Saint » (Jean 3, 5), l’eau symbolisant cette souplesse nécessaire à l’accueil de la vérité, base de tout pardon.

Charité bien ordonnée

Une des personnes à laquelle nous avons souvent le plus de mal à pardonner : c’est nous-mêmes.

Curieusement, PLUS, avec l’aide de Dieu, nous sommes disposés à NOUS pardonner humblement les erreurs que nous avons pu commettre dans notre vie, plus il devient facile d’admettre que les autres ont pu commettre des erreurs dont nous avons été les victimes.

En cela, nous aimons notre prochain comme nous-mêmes.

Un vieux moine à qui on demandait le secret d’une mort paisible répondit en substance : pardonner, tant aux autres qu’à soi-même.

Le pardon accordé aux autres devient ainsi une générosité envers soi-même

Bernard V.

Ton senti et problème avec PayPal!

Dieu et le football (Miracle 2)Comment as-tu reçu mon partage ÉTONNANT sur la vidéo de YouTube et le TRÈS BON texte de Bernard?

Merci de partager en quelques mots un commentaire à tous tes amis de la famille du blogue ou du site YouTube. Tout au bas de cette page, il y a une zone commentaire pour toi!

Merci de prier pour le ministère!

Nous avons actuellement des problèmes avec PayPal, s.v.p. ne pas l’utiliser. Nous te dirons quand les accords seront rétablis. 

Jésus te regarde dans les yeux et te dit : « Je t’aime » !

Alléluia!

Pierre

Pas encore inscrit?

En plus des mises à jour du site, tu vas recevoir  mes 5 petits secrets de l’amour dans ton courriel à chaque deux jours.

Oui, je veux m’inscrire!

Vos commentaires

3 commentaires… Ajoutez le vôtre.
  • Colette (France)

    Ce partage sur le pardon, est une des clés essentielles pour se remettre en mouvement sur le chemin de la Vie. J’en ai fait l’expérience. Quand c’est possible, un dialogue calme est nécessaire avec celui où celle qui nous a offensé pour comprendre les motivations de ses actes ou ses paroles, qui sont bien souvent en dehors de ce que l’on peut s’imaginer. Ce sont souvent des actes irréfléchis et totalement inconcients des conséquences dévastatrices qui peuvent en résulter. Mais, regardons nous et voyons si tout est parfait chez
    nous ? Cela m’aide à pardonner aux autres et à moi-même pour laisser l’esprit d’amour et de paix oeuvrer en moi. Merci Bernard

  • Murielle

    Quelle bonne thérapie humaine et spirituelle !Parfois assez difficile mais possible avec l’abandon!

  • Louise

    Merci Seigneur pour ta miséricorde. Sois loué pour tout ce que tu répares en moi et autour de moi. Que les ponts du pardon se reconstruisent. Gloire à toi d’être présent dans ma vie. Amen!

Laisser un commentaire

Veuillez inscrire votre commentaire, votre nom et votre adresse courriel. Votre adresse courriel ne sera pas publiée.